Partie 1 : L'étude des allures

guadagnare in borsa L’idée qu’il n’existe qu’une seule équitation : la bonne, restera une utopie tant que les allures ne seront pas clairement définies.

Lire la suite...

Partie 2 : Méthode de a vers z

phoenix dating ideas Partie 2Une méthode basée sur la diversité et qui s'adresse à tout passionné, quelque soit sa discipline.

Lire la suite...

Partie 3 : Etudes diverses

http://boersenalltag.de/blog/blog-from/2009-02-01/ Partie 3L'AEC se penche sur un sujet, une polémique, un auteur, ou un thème de l'équitation classique.

Lire la suite...

iq iption 1. Le galop est une allure à "trois temps" dans laquelle, au galop à droite, par exemple, les battues se succèdent dans l'ordre: postérieur gauche, diagonal gauche (l’antérieur gauche se déplacent en même temps que le postérieur droit), antérieur droit, suivi par un temps de suspension des quatre membres avant le début de la foulée suivante.

opzioni digitali consigli live 2. Le galop, toujours avec des foulées régulières, cadencées et exécutées dans la légèreté, doit être entamé sans hésitation.

3. La qualité du galop se mesure par l'impression d'ensemble, la régularité et la légèreté des "trois temps" - provenant de l'acceptation de la bride, avec une nuque souple et de l'engagement de l'arrière-main provenant de l'activité des hanches - ainsi que par l'aptitude à conserver le même rythme et un équilibre naturel, également après une transition d'un galop à un autre. Le cheval devant toujours rester entièrement droit sur les lignes droites.

4. On distingue: le galop rassemblé, le galop de travail, le galop moyen et le galop allongé.

4.1. canada Orlistat 120 mg Le galop rassemblé. Dans le galop rassemblé, le cheval, restant "dans la main", se déplace l'encolure élevée et arrondie. Cette allure est caractérisée par la légèreté de l'avant-main et l'engagement de l'arrièremain: c'est-à-dire les épaules souples, dégagées et
mobiles, et les hanches très actives. Les foulées du cheval sont plus courtes que dans les autres galops, mais il est plus léger et sa mobilité augmente.

4.2. Le galop de travail. C'est une allure intermédiaire entre le galop rassemblé et le galop moyen. Dans cette allure, un cheval non encore entraîné et prêt aux mouvements rassemblés, se présente dans un bon équilibre; restant "dans la main", il se porte en avant avec des foulées égales, légères et cadencées; les hanches restant actives. L'expression "hanches actives" ne signifie pas que le rassemblé soit obligatoire dans cette allure. Elle souligne simplement l'importance de l'impulsion, venant de l'activité de l'arrière-main.

4.3. Le galop moyen. C'est une allure intermédiaire entre le galop de travail et le galop allongé. Le cheval se porte en avant franchement; conservant l'équilibre il allonge modérément ses foulées avec une nette impulsion provenant de l’arrière-main. Le cavalier permet au cheval, restant "dans la main", de placer sa tête un peu plus en avant de la verticale que dans le galop rassemblé et dans le galop de travail; il lui permet en même temps de descendre légèrement sa tête et son encolure.
Les foulées doivent être allongées et aussi régulières que possible, le mouvement dans son ensemble équilibré et aisé.

4.4. http://maltonmc.co.uk/maltonforestrally.htm Le galop allongé. Dans le galop allongé, le cheval couvre le maximum possible de terrain. Conservant le même rythme, il allonge les foulées au maximum, sans rien perdre de son calme ni de sa légèreté, grâce à une très grande impulsion venant de l'arrière-main. Le cavalier permet au cheval, restant "dans la main", de descendre et d'allonger sa tête et son encolure; bout du nez se portant plus ou moins en avant, sans chercher un point d'appui sur le mors.

4.5. La cadence doit être maintenue dans les transitions du galop moyen et du galop allongé au galop rassemblé.

5. Le contre-galop. C'est un mouvement dans lequel le cavalier, par exemple sur un cercle à main gauche, fait volontairement galoper son cheval sur le pied droit. Le contre-galop est un exercice qui améliore l’équilibre. Le cheval conserve son placer naturel avec un léger pli à la nuque vers le côté extérieur du cercle et est donc placé du côté du pied sur lequel il galope. Le cheval est incurvé du côté correspondant au galop. Sa conformation s'oppose à une incurvation de la colonne vertébrale selon le cercle décrit. Le cavalier, évitant toute contorsion, génératrice de contraction et de désordre, s'attachera surtout à empêcher le chasser des
hanches vers l'extérieur du cercle et bornera ses exigences au degré de souplesse du cheval.

6. Changement de pied au galop de "ferme à ferme". C'est un changement de pied dans lequel le cheval, étant au galop, est remis immédiatement au pas; et après deux à cinq pas au maximum, il doit repartir immédiatement au galop sur l'autre pied.

7. Le changement de pied en l'air. C'est un changement de pied exécuté en étroite relation avec le temps de suspension qui suit chaque foulée de galop. Les changements de pied peuvent aussi être exécutés par séries, c'est-à-dire aux 4, 3, 2 temps et au temps. Même dans les séries, le cheval doit rester léger, calme et droit avec une impulsion toujours en éveil. La cadence et l'équilibre ne doivent pas être modifiés tout au long du mouvement. Le degré de rassembler dans les séries devra être un peu moindre que celui normalement demandé au galop rassemblé, afin d'éviter un raccourcissement des foulées et une diminution de la légèreté et de l'aisance des changements de pied en séries.