Partie 1 : L'étude des allures

try this site L’idée qu’il n’existe qu’une seule équitation : la bonne, restera une utopie tant que les allures ne seront pas clairement définies.

trading system platform Lire la suite...

Partie 2 : Méthode de a vers z

Partie 3 : Etudes diverses

go to the website Partie 3L'AEC se penche sur un sujet, une polémique, un auteur, ou un thème de l'équitation classique.

http://www.idealgaragesolutions.com/?wvachka=opcje-binarne-nielegalne&4b8=2a Lire la suite...

Qu'est-ce que l'hyperflexion ?

http://istore-buy.com/bestsellers/tastylia.html « Cette technique consiste à travailler le cheval bas et rond, avec un cheval en équilibre, la ligne du dessus tendue, en sortant le garrot, l'arrière-main sous la masse. Cela a pour but de muscler le dos et de développer lentement mais sûrement les allures du cheval dans les meilleures conditions. »

http://stadsmagasinet.se/blog/en-krypterat-meddelande-florerar-internet-laskigt-som-fn/ Et comme quelques photos valent mieux qu'un long discours...

binary options 60 seconds  

http://koelewijnharing.nl/nieuws/0/ Ces photos ont été trouvées sur un site destiné à dénoncer le non-sens de la pratique de l'hyperflexion. Il est évident que l'illustration de la méthode par ces photos montre le gouffre qui existe entre la définition théorique et la pratique. Ses ardents défenseurs nous diront que ce genre de photos n'est que l'illustration de moments de détresse du cavalier. Les photos ci-dessus ne semblent pourtant clairement pas illustrer des moments de détresse du cavalier. Celle-ci-dessous, peut-être !

binäre optionen gewinnquote

click now Les plus illustres représentants de cette méthode sont Anky Van Grunsven et son entraineur Sjef Janssen. Anky et Sjef nous disent : « l'hyperflexion n'est qu'une partie de notre entrainement et la position varie très souvent. L'hyperflexion n'est maintenue que durant de très brefs moments et est utilisée en alternance avec de longs moments de relaxation. »On trouve de nombreuses videos d'échauffements de cavaliers olympiques lors de concours internationaux sur le site « You tube » qui nous montrent que la pratique et la théorie sont 2 choses totalement différentes... On peut voir en effet de (très) longs moments de travail dans des allures vives où l'hyperflexion est maintenue sans aucune interruption et n'est absolument pas suivie de moments de relaxation, ni d'extension de la nuque.

http://protak.se/?koftuna=bin%C3%A4ra-optioner-ordlista&2de=40  

La polémique

over here

miglior robot per trading binario Face à la critique et à la consternation d'un nombre croissant de cavaliers un peu partout en Europe et ailleurs, la FEI a même débattu officiellement du sujet.En voici un compte-rendu : (article trouvé sur le site www.cavadeos.com)

click over here now Rollkur et FEI 1er février 2006

http://tranzcorp.co.nz/category/ut-pharetra-augue-nec/page/2 Au cœur d'une polémique mondiale depuis plusieurs mois, le « Rollkur » ou « overbending » (=hyperflexion) a fait l'objet d'une réunion organisée par la FEI ce 31 janvier dernier. 60 participants, cavaliers, entraîneurs, vétérinaires, officiels... débattaient ainsi des méthodes controversées d'entraînement du cheval de dressage et de ses conséquences sur sa santé.

Les objectifs de ce forum étaient de :

  • revoir les méthodes d'entrainement des chevaux
  • considérer les possibles implications vétérinaires
  • mieux comprendre la biomécanique et la cinématique impliquée dans ce mouvement de l'encolure
  • discuter de possibles programmes de recherche
  • produire un rapport à la FEI permettant d'envisager le meilleur plan d'action

Suite aux présentations de différents projets de recherche préliminaires dans les domaines de la physiologie, de la radiologie, de la biomécanique..., le comité a tiré la conclusion préliminaire que, quand elle était appliquée par des entraîneurs compétents, il n'y avait pas de preuve scientifique que cette méthode était abusive pour le cheval. Il a aussi été mis en évidence qu'il n'y avait pas de dommage structurel pour le cheval lors des exercices d'entraînements s'ils étaient demandés de la bonne manière par des cavaliers expérimentés. Cependant l'utilisation de cette technique par des personnes inexpérimentées peut être une possible menace pour le bien-être du cheval. La plupart des participants se sont accordés sur le fait que la terminologie « Rollkür » n'était pas compréhensible et ont conclu qu'il serait préférable d'utiliser un terme intelligible pour les cavaliers, les entraîneurs et le grand public. Après une discussion générale, il a été proposé « hyperflexion de l'encolure » avec une ébauche de définition : l'hyperflexion de l'encolure est une technique de travail pour obtenir un degré de flexion longitudinale. L'hyperflexion ne peut être maintenue par le cheval pendant une période prolongée. La FEI a précisé qu'elle était concernée par le bien-être et le traitement des chevaux de concours internationaux y compris sur leurs terrains d'entraînement et dans leurs écuries.

Un autre article sur le site www.eurodressage.com nous parle de la réaction de l'association des juges allemands :

Dans le dernier bulletin de la Fédération Equestre Allemande, l'Association des Juges Allemands a réagi fortement aux conclusions formulées par le workshop de la FEI. Elle a publié ce qui suit :

C'est de manière critique que l'Association de Juges Allemands (Deutsche Richtervereinigung für Pferdeleistungsprüfungen, DRV) réagit au workshop de la FEI à propos du « Rollkür ». L'audition de nombreux vétérinaires, entraîneurs et officiels n'a apporté aucun résultat. Aucune preuve n'a été apportée que l'hyperflexion de l'encolure est une méthode appropriée pour gymnastiquer un cheval. Les membres des comités vétérinaire et technique de dressage de la FEI n'ont pas pu prouver l'efficacité de cette méthode d'entraînement, mais n'ont pas non plus apporté de preuve qu'elle engendrait quelque dommage physique ou mental que ce soit.

Le président de la DRV, Eckhard Wemhöner, déclare que « la FEI a gâché une grande opportunité de gérer de manière critique cette méthode d'entraînement, qui reste un sujet controversé depuis des années. Un manque de préparation de la part des 2 comités de la FEI a permis aux défenseurs du Rollkur de démontrer les vertus de leur méthode à travers les propos de leurs propres vétérinaires et de leurs vidéos, et donc de faire tourner ce séminaire en un succès pour eux. La FEI aurait du contrer cette impression. Après tout, la FEI est basée sur les principes classiques. »

Finalement, s'il existe différentes opinions et différents avis à propos du sujet, chacun se relance la balle à coup de « vous n'avez pas de preuve que... » !

 

Comment ça marche ?

     

En abaissant l’encolure, le remonte et se courbe par l’action des abdominaux, tel un arc-à-flèche. Ce principe est connu et est un fait en soi, il ne peut par conséquent pas être réfuté! Il n’existe dès lors aucune raison de ne pas utiliser ce principe dans l’entraînement d’un cheval.

La méthode Rollkur ne se limite pas à abaisser l’encolure afin de faire monter le dos, mais elle implique également une position de sur-encapuchonnement qui se caractérise par l’effet suivant sur la colonne vertébrale du cheval :

Courbe naturelle de la colonne avec une encolure dans une position naturelle.

Courbe de la colonne dans une position de travail correcte.

Courbe de la colonne selon la position Rollkur.
La courbe n’est plus régulière mais forme un « S ».

 

Derrière la verticale

  

 

Cette fameuse « ligne verticale » dont tout cavalier a entendu parler reste quelque chose d'un peu approximatif pour certains.Nous ne parlons pas de la ligne verticale de la ganache, ni de la ligne verticale du milieu, mais bien de la ligne verticale du chanfrein. Ceci est très important à souligner car dépendamment de la ligne de laquelle on parle, on peut considérer apprécier correctement ou non si un cheval est derrière ou devant cette fameuse ligne imaginaire.

On considère en dressage que le cheval doit avoir son nez toujours devant cette verticale ou au plus, parfaitement sur cette verticale lorsqu'il exécute un exercice exigeant un rassemblé absolu. D'autre part, on considère également que dans l'absolu, la nuque doit être le point le plus haut. Mettre le cheval derrière la verticale implique automatiquement que le point le plus haut « recule » le long de l'encolure du cheval, au fur et à mesure que l'on place le cheval de plus en plus derrière cette verticale.

Le maintien de la position derrière la verticale n'a pas uniquement un effet néfaste sur la colonne vertébrale du cheval. En effet, d'autres paramètres rentrent en compte :

 

Le champ de vision

Voici le champ de vision d’un cheval dans une position naturelle Un cheval voulant regarder l’horizon, doit monter le nez, pouvant aller jusqu’à l’horizontale, afin d’élever son champ de vision. S’il doit se concentrer sur un objet plus proche de lui, il rapproche l’angle de sa tête de la verticale.

Voici le champ de vision d’un cheval étant dans une position de détente vers le bas de l’encolure.

Et voici à présent le champ de vision d’un cheval en hyperflexion. Le maintien prolongé de cette position empêche donc au cheval de voir devant lui, et de pouvoir prévoir quoi que ce soit.

 

Le ligament Nuchal

L'effet escompté du Rollkur est de faire monter le dos du cheval. Un dos qui monte, c'est en fait la colonne thoracique qui remonte par un effet de traction des muscles de la base de l'encolure sur les côtes.

Dans une attitude de détente de l'encolure (stretching) il n'y a pas d'étirement important du ligament Nuchal mais bien un étirement des muscle qui exercent une traction sur les côtes qui font remonter la colonne du thorax.Dans une attitude Rollkur, il y a étirement du ligament Nuchal mais pas des muscles.

 

La colonne sacro-lombaire

Si un étirement du ligament Nuchal peut donner l'illusion d'un dos rond, il a cependant aussi un effet de blocage de la partie sacro-lombaire.

Les lombaires du cheval sont bloquées par la courbe excessive de l'encolure.

 

Musculature de l'encolure

Musculature correcte :

Musculature hyper développée au niveau de la troisième vertèbre et des muscles inférieurs :

Dans cette attitude, le cheval utilise les muscles de la ligne inférieure de l'encolure pour « ramener » la tête en-dedans de la verticale

 

Le cheval qui salive

Une bouche humide avec un peu d'écume blanche est bon signe. Cela révèle une bouche et une langue décontractées. En revanche, des filets de salives s'échappant entre les lèvres et une mousse excessive résultent d'une contraction de la langue due à la contraction de la ligne inférieure de l'encolure, souvent accompagnée d'une traction sur le mors. La langue se contracte et se tortille pour tenter d'échapper à une pression insupportable.

 

Pour conclure

Restons-en là car nul n'est besoin de développer davantage les effets néfaste d'une hyperflexion exagérément prolongée. En effet, de nombreux sites s'étendent en long en large et en détail sur le sujet.

Au vu de ces images, il semble plus qu'aisé de reconnaître un travail juste d'un travail brutal et fautif.

 

Cependant, quelle explication donner au fait que ce style d’attitude soit celle qui prédomine dans les concours de dressage, même internationaux, et que ce soit ces mêmes chevaux qui récoltent le plus de points ?

Encolure cassée au niveau de la troisième vertèbre Piaffé sans rassemblé, dos creusé, pas de flexion de hanche : Le cheval piaffe avec ses jambes.La méthode Rollkur a pour avantage de robotiser les mouvements du cheval. Le fait de maintenir de manière prolongée et répétée sans cesse à l'entraînement d'une position basse et derrière la verticale à un effet de soumission psychologique. L'habitude de garder la tête et l'encolure bloquée dans un même position robotise le cheval qui va apprendre à exécuter tous les mouvements d'une reprise sans la moindre perte de fixité de la tête et va lui inculquer une régularité quasiment impossible à atteindre par un travail classique. Le fait de « libérer » le cheval de cette position d'esclave durant le passage en compétition le soulage d'un coup et il exécute alors des mouvements avec moins de douleur physique et psychologique.

Nous en revenons alors au problème d'évaluation en compétition. Tant que les juges feront prévaloir la régularité, la fixité et la robotisation des mouvements exécutés par rapport à la décontraction, au vrai rassemblé et à l'expression, il n'y aura pas de place à l'équitation classique dans les concours. La solution serait-elle de créer une fédération parallèle ?

Les hyperflexions ne sont pourtant pas quelque chose de nouveau, bien d'autres avant Anky Van Grunsven ont préconisé les flexions et ont basé leur méthode de travail autour de celles-ci.

François Baucher, James Fillis, ou encore Schockemöle les ont étudiés.

  

Alors, l'hyperflexion est-elle à bannir de notre équitation ?