Partie 1 : L'étude des allures

trading online virtuale L’idée qu’il n’existe qu’une seule équitation : la bonne, restera une utopie tant que les allures ne seront pas clairement définies.

Lire la suite...

Partie 2 : Méthode de a vers z

http://tenletter.co.uk/tag/urban/page/2/ Partie 2Une méthode basée sur la diversité et qui s'adresse à tout passionné, quelque soit sa discipline.

fundamental analysis for forex trading pdf Lire la suite...

Partie 3 : Etudes diverses

L’ETHOLOGIE APPLIQUEE

Tadalafil Oral Strips Buy 20 MG Très à la mode… 

bemo binario cremagliera L’éthologie consiste en une étude des mœurs et du comportement.

www autoposizioni binarie com  

libri pdf opzioni binarie "Au pré ou à l'écurie, le dresseur doit être perçu par ses chevaux comme "l'étalon leader" mais il doit aussi représenter l'image de la vieille jument référente, celle que bien souvent on ne remarque pas mais qui "tient" le troupeau, "protège", unifie, calme, rassure par sa seule présence. Celui qui détient cette place, possède les clefs de la relation animale.
Un geste, un regard, tout est compris, respecté. La main se pose sur le poitrail "battu" par les jugulaires du cheval affolé et tout se calme, redevient Silence.

En Equitation, elle devient un « Art » à part entière, seulement dans le cas où elle est judicieusement appliquée. Elle permet à l’homme de manipuler le cheval dans la décontraction, favorisant ainsi les étirements,  la géométrisation musculaire et l’assouplissement des articulations. Tout être sensible, pourvu de tact et de psychologie animale, applique instinctivement une certaine forme d’éthologie, http://tinyiron.net/?serpantin=opcje-binarne-chomikuj&928=64 celle qui favorise la complicité et la confiance entre le cavalier et le cheval.

 

Les aides...tout est là! Les aides judicieuses conditionnent le cheval à la volonté du cavalier : avec à la clef la récompense qui favorise la répétition du geste. Je suis persuadé que dans le futur, l'école des aides se pratiquera initialement à pied avec le box comme première salle de cours, suivie du rond de longe, du manège, de la carrière ou de tout autre espace choisi.

La double longe et les longues rênes sont encore peu et souvent mal pratiquées. Elles sont pourtant des moyens intéressants pour induire les aides appliquées ensuite au cheval monté. Hormis les aides d'assiette et du corps, toutes les autres peuvent être initiées dans le travail à pied avec l'avantage de privilégier le côté psychologique de la chose. Les jeunes chevaux se rassurent d'une présence rapprochée et les meneurs se rendent mieux compte de la délicatesse requise afin d'inculquer les aides à leur élève (Se sachant eux-mêmes en danger lorsqu'ils pratiquent avec trop de sévérité).

La décontraction sur le mors, la cession parotidienne de la nuque et du garrot, le toucher de la cravache et de la gaule, voire le toucher de l'éperon à la main...font partie du travail à pied.

Une fois à cheval, il restera au cavalier à  pratiquer "le langage du corps" comme disait quelqu'un. Voilà un beau programme, gage d'espoir pour un futur construit SUR UNE LOGIQUE DE PAIX.

Petite anecdote concernant la décontraction sur le mors.:

Il y a bien des années, au terme d’un stage de Nuno Oliveira, Monsieur « X » (cavalier très sympathique au demeurant) avait, à chaque leçon, été « embarqué » par son cheval : une petite boule noire pleine d’ardeur. Le maître avait promis de monter ce cheval et l’heure était venue !  Nous attendions tous ce moment. Nuno Oliveira en selle, à l’arrêt, raccourcit les rênes, les tend et ferme les doigts. Le cheval tire, la main résiste. D’interminables secondes s’écoulent avant que le cheval lâche le mors ; les doigts s’ouvrent, la main caresse, la voix félicite. L’opération se répète, le cheval libéré, au pas, calmement. Après un peu plus d’un tour de manège, l’Ecuyer met pied à terre et dit « v o i l à ».

La messe était dite ; la leçon était magistrale. J’avoue ne pas l’avoir bien comprise au moment même ; ce n’est que plus tard que la lumière s’est faite en lisant le cas similaire survenu à François Baucher avec le cheval « Bienfaisant ».

 S’agit-il là de décontraction de nuque ou de garrot ou de cession de mâchoires ? Ou bien tout simplement « d’une cession DANS la tête du cheval » ? Est-ce cela un ramener, un placer, une mise en main… ? Peu importe le mot, le résultat seul compte quand le cheval a compris !

 

Certains éthologues se livrent actuellement à des « guerres de clocher » assez féroces, parfois. Nous ne prenons aucunement part à ces controverses ; nous choisissons de considérer l’éthologie comme une science capable d’apporter « un plus » à l’éducation et au bien-être du cheval. 

 

 

Etirement en liberté au-dessus de l'obstacle